" Nextep est un cabinet de conseil en stratégie
spécialisé dans les problématiques de santé. "
   
 

« Les Assises ont raté l’occasion de donner aux pouvoirs publics les outils d’une véritable politique du médicament »

Entretien avec le Pr. Jean-Jacques Zambrowski - 01/01/70

 « Les Assises ont raté l’occasion de donner aux pouvoirs publics les outils d’une véritable politique du médicament »<br><br>Entretien avec le Pr. Jean-Jacques Zambrowski Nextep : Pouvez-vous d’abord nous décrire le climat dans lequel se sont déroulées ces Assises du médicament ?

Jean-Jacques Zambrowski  : Le climat a été sérieux mais il a également été complexe. Par ailleurs, le groupe 5 sur la gouvernance a passé beaucoup de temps à parler de sécurité sanitaire et pharmacovigilance, comme si les questions posées à l’occasion de l’affaire du Mediator se résumaient à ces champs. Or, il est clair que, de manière sous-jacente et dans l’esprit du Ministre, il s’agissait de se demander si globalement notre système est le mieux profilé pour s’occuper des questions du médicament tout au long de son cycle de vie. Cette approche me paraît rater l’occasion d’une nécessaire revisite de notre dispositif dans son ensemble. Le format même du travail ne paraissait pas adapté à cette problématique, que ce soit en termes de délais, d’organisation des réunions ou de nombre de participants.

Il aurait fallu remettre à plat le système, sans faire table rase du passé mais au moins se poser la question. Au moment où nous avons installé ce système, les problématiques se posaient de manière différente et à l’évidence il présente aujourd’hui des failles puisqu’un événement que tout le monde déplore a pu survenir. Il ne s’agit pas de dénoncer les carences des uns ou des autres mais de se demander ensemble comment faire pour améliorer et éviter que cela ne se reproduise. Toutes les parties prenantes (régulateurs, législateurs, producteurs, prescripteurs, patients…) étaient là mais la méthode utilisée n’a pas permis d’aller jusqu’au bout.

Pour un certain nombre d’entre nous, il aurait fallu s’interroger sur les instances, les tutelles et les limites de pouvoir des différentes institutions (HAS, AFSSAPS, InVS…). Est-ce que les bornages sont bien définis, faut-il laisser perdurer des agences dites indépendantes opérer côte à côte ? Il aurait été ainsi préférable d’oublier un moment le système actuel et de se demander quels sont les besoins, quel dispositif faudrait-il idéalement pour y répondre et avons-nous dans nos agences des structures capables de prendre en charge ces missions.


Nextep : Quelles orientations ont finalement été retenues s’agissant de la question de la gouvernance ?


Jean-Jacques Zambrowski  : Nous sommes partis dans des réglages de détails corporatistes mais sans réflexion de fond de l’ensemble des organes de régulation du médicament. Au final, les recommandations se résument à maintenir, sous réserve d’ajustements, l’architecture d’ensemble du système d’agences sanitaires. C’est donc un statut quo avec la demande de clarifier les missions des différentes instances, alors que c’était à mon sens précisément ce sur quoi nous aurions dû répondre.

Les Assises ont ainsi pêché par faute de temps et faute de moyens. Peut-être était-il urgent de ne pas se précipiter à apporter une réaction à la triste affaire du benfluorex. Car, justement, celle-ci est probablement due au fait que les responsabilités et les articulations entre les uns et les autres n’étaient pas bien posées. Les acteurs ont opéré à l’intérieur de leurs champs de compétence ; qui n’étaient sans doute pas suffisamment bien définis. Par exemple, était-il normal que l’Assurance-maladie rembourse un antidiabétique pour des patients qui n’étaient manifestement pas diabétiques ? Etait-il possible de le savoir ? N’y a-t-il pas moyen d’utiliser les moyens informatiques d’aujourd’hui au service du bon usage ?

Nextep : Cela revient donc à redonner la main au Ministre et ses conseillers pour élaborer le projet de réforme ?

Jean-Jacques Zambrowski  : Tout à fait. Je regrette que l’occasion n’ait pas été utilisée pour donner aux pouvoirs publics les outils d’une véritable politique du médicament. Le problème réside dans le format choisi pour ces Assises qui n’a pas permis de travailler sur les besoins du futur et répondre aux exigences du Ministre qui étaient de donner à notre pays les moyens d’une politique du médicament.

Ma suggestion serait de ne pas laisser les seuls services du Ministère plancher sur la refonte totale du système. Il me semblerait ainsi opportun de prévoir un groupe ad hoc pour prolonger le travail amorcé et aider les services dans cette réflexion de fond. Il est en tout cas important de prendre quelques mois de plus, quitte à dépasser l’échéance du PLFSS, afin de ne pas sortir un texte dans l’urgence, avant d’être prêt.


Propos recueillis par Guillaume Sublet




Le Pr. Jean-Jacques Zambrowski est médecin hospitalier et enseignant universitaire. Praticien qualifié en Médecine Interne, il exerce son activité clinique au CHU Bichat (AP-HP). Ses activités académiques portent sur les politiques et l’économie de la santé, plus particulièrement sur l'organisation des systèmes de santé, le coût de la santé et l’économie des médicaments et dispositifs médicaux. C'est sur ces matières que portent ses enseignements et ses travaux de recherche au sein de l’Université Paris Descartes. Ses travaux récents portent en particulier sur la prise en charge des pathologies les plus lourdes, ainsi que sur l'optimisation des composantes organisationnelles et économiques des réformes en cours dans le système de soins, en France et dans le monde.
 

Jean-Jacques Zambrowski assure régulièrement sur ces sujets des missions de coopération, d’échanges, de médiation et de conseil auprès d'instances gouvernementales, ou professionnelles françaises, européennes et étrangères Il est membre de l’Advisory Board de Nextep.
 

Nextep Cabinet de conseil spécialisé dans le secteur de la santé - Paris Lobbying santé - Aide à la négociation auprès des autorités sanitairesEntrée sur le marché des médicaments
Coaching et Business Development
Veille réglementaire médicale et pharmaceutique