" Nextep est un cabinet de conseil en stratégie
spécialisé dans les problématiques de santé. "
   
 

Transparence des liens entre laboratoires et médecins : « Il faut trouver la manière de rétablir la confiance sans tomber dans un système contre-productif »

Entretien avec Cyril Titeux, Président de Janssen France - 01/01/70

Transparence des liens entre laboratoires et médecins : « Il faut trouver la manière de rétablir la confiance sans tomber dans un système contre-productif »<br><br>Entretien avec Cyril Titeux, Président de Janssen France Nextep : Le « Sunshine Act » américain est aujourd’hui cité en exemple sur les questions de transparence entre médecins et laboratoires. Dans quel contexte a-t-il été adopté et quels en sont les grands principes ?

Le Physician Payment Sunshine Act a été intégré dans la réforme du système de santé souhaitée par le Président Barack Obama. Les différentes parties en présence, à savoir les pouvoirs publics, les industriels mais aussi les médecins, se sont entendus pour accepter et mettre en place un principe de transparence accrue et pour ainsi déclarer absolument toutes les relations entre les professionnels de santé aux Etats-Unis et les industriels du médicament. Cela concerne même les relations non-financières et celles qui correspondent à un montant excessivement faible. Et ce sont les laboratoires qui doivent procéder à la publication sur leurs sites Internet. Le système apparaît donc plutôt exhaustif mais aussi assez complexe à mettre en œuvre. Certains laboratoires qui ont commencé à le mettre en place en ont d’ailleurs relevé la lourdeur. La date butoir pour la mise en œuvre complète a ainsi été repoussée à 2013.


Nextep : Des dispositions en discussion au Parlement[1] sont présentées comme un premier pas vers un « Sunshine Act à la française » ; pensez-vous que la transposition soit possible ?

En premier lieu, il me paraît nécessaire de travailler collectivement pour améliorer la réputation des entreprises du médicament en France. L’affaire Mediator nous a beaucoup fait reculer de ce point de vue, même si la situation n’était déjà pas extrêmement favorable auparavant. Aujourd’hui s’est installée une véritable suspicion à propos des liens entre les industries du médicament et les professionnels de santé. Sur ces questions, l’encadrement est pourtant déjà très fort ; mais le manque de transparence laisse la place à l’imagination et au fantasme ; ce qui finit par générer de nombreuses contre-vérités.

Je fais partie de ceux qui pensent qu’une transparence maîtrisée et intelligente peut être de nature à restaurer la confiance et ainsi contribuer à améliorer la réputation d’un secteur stratégique. En revanche, il faut faire attention et prendre en compte le contexte dans lequel on opère qui est différent de celui qui tient place aux Etats-Unis. Certaines choses ne peuvent être faites de la même manière en fonction des circonstances propres à chaque pays. Ainsi, la transposition pure et simple du Sunshine Act américain à la situation française n’apparaît pas souhaitable. En revanche, je suis favorable à une transparence par la déclaration des liens financiers entre les industriels et les professionnels de santé. Reste à savoir comment cela doit s’organiser et à donner suffisamment de temps, comme aux Etats-Unis, pour la mise en œuvre puisse se faire correctement. Je ne pense pas que cela soit une bonne idée de faire les déclarations sur les sites web des entreprises ni de déclarer des points qui n’en valent pas la peine car d’un montant trop faible. Par ailleurs, il faut absolument recueillir l’avis des professionnels de santé eux-mêmes et prendre les garanties juridiques nécessaires, la CNIL ayant naturellement à se prononcer sur le sujet.

Si l’on revient aux discussions en cours au Parlement, il faut savoir ce que l’on souhaite viser lorsque sont évoqués tous les avantages directs et indirects. En France, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un système où nous déclarons déjà énormément, aux Conseils de l’Ordre régionaux et national, dans le cadre de la réglementation DMOS[2]. Il faut donc éviter les duplications et réfléchir à un système centralisé, unique qui soit simple pour ceux qui déclarent mais aussi pour ceux qui récupèrent et traitent les données. A ce titre, je ne crois pas qu’une double déclaration (laboratoires et médecins) soit une bonne idée car cela risquerait de complexifier considérablement le mécanisme.

On pourrait cependant imaginer que ce soit le médecin et non le laboratoire qui déclare tout ce dont il a pu bénéficier. Cela dépend en fait de la finalité de la mesure. Que veut-on vraiment ? Est-ce que l’on vise surtout les experts auprès des différentes agences pour lesquels l’objectif est de vérifier les conflits d’intérêts potentiels ? Cette information est-elle vraiment intéressante quand elle concerne chaque médecin ? Quelle sera l’utilité d’une telle transparence ?

Les médecins font un travail difficile et ont déjà beaucoup de problèmes à régler, notamment en ce moment, que ce soit en médecine libérale ou à l’hôpital. Risquer de soumettre ces médecins à la vindicte populaire et la suspicion de leurs patients ne serait pas de nature à améliorer le système de santé français et la manière dont les patients seraient traités. Mais, pour l’instant, il ne semble pas y avoir eu de prises de position officielles des représentants des professionnels de santé. Il est pourtant important qu’ils s’expriment sur le sujet.

De son côté, l’industrie n’a aucun problème à se montrer plus transparente et montrer qu’elle n’a rien à cacher. Nous sommes nombreux à en être convaincus dans notre secteur. Ainsi, le LEEM et l’AGIPHARM, dont Janssen est membre réfléchissent très activement sur ces points.

Il s’agit en effet de trouver la manière de rétablir la confiance sans tomber dans un système contre-productif, qui remettrait inutilement la suspicion sur tous les acteurs alors que l’on sait très bien que les professionnels de santé font leurs choix dans l’intérêt des patients. Il faut rester réaliste sur ce point car je ne peux imaginer de situation où le médecin ne serait pas convaincu qu’il utilise le meilleur médicament possible pour son malade.




                                                               Propos recueillis par Guillaume Sublet



Diplômé de l’Ecole Vétérinaire d’Alfort puis titulaire du MBA HEC, Cyril Titeux a débuté sa carrière chez Eli Lilly en 1992. Depuis 13 ans chez Janssen-Cilag, il a occupé différentes fonctions dans les domaines marketing et ventes.
De 2002 à 2005, il dirige la Business Unit Neurosciences. En 2005, il oriente sa carrière à l’international et part pour les Etats-Unis où il rejoint les équipes du marketing stratégique mondial. En 2007, il est nommé Managing Director de Janssen-Cilag en Autriche. Après cette expérience internationale, il rejoint la France en janvier 2010 en tant que Directeur Général. Il est Président de Janssen France depuis juillet 2010.





[1] Amendements dans le cadre de la proposition de Loi Fourcade révisant la Loi HPST.
[2] Diverses Mesures d’Ordre Social : Appellation de Lois " fourre-tout " relatives à la santé et la Sécurité sociale ; couvrant ici les dispositions encadrant les relations entre professionnels de santé et entreprises du médicament (notamment l’article L.4113-6 du Code de la Santé publique)
 

Nextep Cabinet de conseil spécialisé dans le secteur de la santé - Paris Lobbying santé - Aide à la négociation auprès des autorités sanitairesEntrée sur le marché des médicaments
Coaching et Business Development
Veille réglementaire médicale et pharmaceutique